BIM : 3D, 4D et 5D ?

Le Building Information Modeling se taille de plus en plus de place dans le domaine de la construction. Sans se cantonner à une technologie ou à un logiciel, ce processus englobe des méthodes de travail centralisant les données dans une maquette numérique. De la conception à la démolition, en passant par la construction et l’utilisation, le BIM couvre toutes les étapes d’existence du bâtiment.

En constante évolution, il présente différents niveaux de maturité. Au niveau 0, les tâches sont effectuées sur des plans 2D sans système collaboratif. Le niveau 1 permet une collaboration limitée entre les utilisateurs. Au niveau 2, une collaboration développée facilite l’analyse des éventuels conflits entre les différentes parties prenantes. Tous les avantages de la modélisation des données sont exploités au niveau 3, où la maquette se trouve à la disposition de la totalité des acteurs.

Diverses dimensions marquent également la différence entre les méthodes de modélisation. Ainsi parle-t-on de maquette numérique 3D, 4D et même 5D. Le point sur ces variantes du BIM !

BIM en trois dimensions : travailler sur un modèle d’informations partagées

Pour réussir un modèle 3D BIM à La Réunion des données, plusieurs acteurs dans la construction prennent part dans le BIM. Architectes, ingénieurs, propriétaires de projets et constructeurs apportent tous des mises à jour au modèle. Ces participants peuvent à la fois modifier les données selon les travaux réalisés, et extraire des informations en fonction de leurs besoins. Ils peuvent visualiser le projet de construction avant même l’intervention sur chantier.

Le BIM en 3D permet donc de gérer la collaboration entre les différentes parties tout en analysant les problèmes structurels et spatiaux. Toutes les données collectées sont stockées et mises à jour à chaque tâche réalisée. Elles se partagent dans un EDC ou environnement de données commun.

Quels avantages procure la maquette numérique en 3D ?

Le BIM en trois dimensions accorde une meilleure visualisation du chantier, dès la conception à la fin du projet. Cette technique tridimensionnelle améliore la collaboration entre toutes les parties prenantes. Avant de réaliser les adaptations sur terrain, les ajustements sur outil permettent de vérifier les éventuels conflits et le non-respect des normes. Ces simulations à un stade précoce du projet évitent les répercussions des coûts des erreurs.

BIM en quatre dimensions : intégrer le paramètre « temps » dans le modèle

En matière de BIM, le modèle 4D indique qu’un quatrième paramètre vient étoffer les aspects géométriques de la maquette. Il s’agit de la durée sur laquelle s’étalent toutes les étapes de conception, de construction, d’utilisation, de recyclage… La maquette à 4 dimensions associe alors les activités de toute partie prenante au calendrier de construction. Ainsi, chaque acteur peut visualiser l’évolution des travaux et l’état du chantier en temps réel. Il analyse et communique les problèmes en tenant compte des aspects spatiaux, séquentiels et temporels.

Pourquoi passer au BIM 4D ?

Comme le modèle en quatre dimensions permet de créer une ligne du temps, il procure des données relatives aux diverses phases de la construction. C’est alors un moyen de vérifier les activités avec les temps qui leur sont attribués. Le BIM 4D facilite l’élaboration des scénarios d’analyse en tenant compte du délai prévu. Il donne un aperçu à jour de l’état d’avancement du chantier avec le planning relatif.

Outre les projets de construction, les interventions de rénovation bénéficient aussi considérablement de la modélisation 4D. Et même dès le stade de l’appel d’offres, le BIM permet de démontrer la faisabilité ou non du projet.

BIM en cinq dimensions : considérer le paramètre de coûts

Cinquième dimension du BIM, le coût est associé aux aspects géométriques 3D et à la quatrième dimension Temps pour former le modèle 5D. En tenant compte de ce paramètre, les acteurs visualisent l’état des activités dans les temps répartis avec les coûts associés. Le suivi budgétaire du projet se facilite avec le BIM 5D.

Se lancer dans la cinquième dimension du BIM : quels avantages ?

Le 5D détaille le devis quantitatif du projet en vue de réaliser un suivi précis des coûts. Les calculs s’effectuent de manière rapide, vu que toutes les données sont déjà compilées dans la maquette. Avec un traitement accéléré et une réduction du temps de travail, l’entreprise réalise des économies sur l’emploi du personnel. 

Vous aimerez aussi...